Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Agenda

Agenda de la députée en circonscription

 

 

 

Vendredi 9 Octobre :

11h30 : Congrès de l'Association Nationale des Exploitants de Cavernes Aménagées pour le Tourisme à la Rivière Souterraine de Labouiche

 

Dimanche 11 Octobre :

09h30 : 7èmes Rencontres Prayolaises ouverture des expositions à Prayols

  

Agenda de la députée à Paris
 

Séances à l'Assemblée Nationale

 

Mardi 6 Octobre :

15h :

Questions au Gouvernement

Explication de vote et vote par scrutin public sur le PL liberté de la création, architecture et patrimoine

2ème lecture PPL fin de vie

Réutilisation insformations du secteur public

21h30 :

Suite odj de l'après-midi

 

Mercredi 7 Octobre :

15h :

Questions au gouvernement

PL déontologie et droits et obligations des fonctionnaires

21h30 :

Suite odj de l'après-midi

 

Jeudi 8 Octobre :

9h30 :

PPL suppression freins au développement des entreprises

PPL accueil et habitat des gens du voyage

PPL isolement électronique des détenus et renseignement pénitentiaire

PPL rétablissement autorisation sortie du territoire pour les mineurs

15h :

Suite odj du matin

21h30 :

Suite odj de l'après-midi

 

Vendredi 9 Octobre :

9h30 :

Projet de ratification protocole à la convention relative aux droits de l'enfant

Suite PL déontologie et droits et obligations des fonctionnaires

15h00 :

Suite odj du matin

21h30 :

Suite odj de l'après-midi

 

Commission des Affaires Economiques

 

Mardi 6 Octobre :

17h :

Projet de loi de finances pour 2016

Communication de M. Golberg sur la mobilisation du foncier privé en faveur du logement

 

Mercredi 7 Octobre :

9h30 :

Présentation du rapport d'application du 17 Mars 2014 relative à la consommation

16h15 :

Audition conjointe avec la commission des affaires européennes, de M. Maros Sefcovic, vice-président de la commission européenne, en charge de l'Union de l'énergie

 

 

 

ANEM
 

 

Groupe d'amitié France-Andorre

 
 

 

Contact :

 

 

Permanence parlementaire :

 

29 rue Delcassé
09000 Foix
05 34 09 08 87
 
 
Courriel :
 

frederique.massat@orange.fr

 

  

 

 

 

 

 

------------------------------------------------------

Télécharger ICI les bilans législatifs annuels de la Députée

 

 

 

 

 

 

Rechercher

Activité parlementaire



Frédérique MASSAT, Députée de l'Ariège

Archives

28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 12:26

Depuis le début de ce quinquennat, les parlementaires socialistes seraient confrontés à une impossible alternative : faire preuve de déloyauté en refusant le soutien au Gouvernement de Gauche et au Président de la République, faire preuve de passivité en revêtant le costume de godillot au Parlement.

 Ce débat n'est pas nouveau dans l'histoire des socialistes. La SFiO de Jaurès n’avait-elle pas tourné le dos au député socialiste indépendant, faisant comme bon lui semble ? Cette approche conduisant parfois au nom d’un peuple mythique et d’une pureté fantasmée au pire opportunisme. La fondation du PS d’Epinay avait admis la double nature des députés, solidaires de leur famille politique à coup sûr  et en même temps représentants de leurs électeurs. Le groupe parlementaire n'est pas la fraction parlementaire du parti comme c’est le cas en Allemagne, il a toujours cherché son équilibre  entre la singularité et la solidarité.

Le débat qui a traversé, ces dernières semaines, le groupe majoritaire à l’Assemblée nationale n'a pas

échappé à cette apparente contradiction. D’autant que nous sommes entrés dans une nouvelle phase de la vie de nos institutions. Le non cumul des mandats, une lecture plus parlementaire de la Vème république portée par François Hollande  dans la campagne de 2012, un nouveau rapport entre l'exécutif et le parlement proposé par le Premier ministre dans sa déclaration de politique générale  a créé une nouvelle donne. La défaite lors des récentes élections municipales et européennes est  venue  accentuer cette situation. Le problème n'est pas qu'il y ait des désaccords, il en a déjà existé. Rappelons- nous les votes de députés socialistes contre la première guerre du golfe ou contre l’amnistie des généraux félons, lors des septennats de François Mitterrand. Le problème réside dans la permanence

d’une défiance a priori à l’égard de l’exécutif qui a conduit à une mobilisation de socialistes contre d’autres socialistes ou allant jusqu’à mobiliser d’autres groupes pour battre le gouvernement. Cela ne peut plus durer !

Le débat entre godillot et déloyaux n’a pas de sens. Si ce n’est notre affaiblissement collectif. Alors que l’appareil productif, les comptes publics et le système éducatif ont été abîmés pendant une décennie de politique libérale-conservatrice, le cap de la politique économique a été fixé et nous l'assumons. Parlementaires, nous jouerons notre rôle pour en mesurer l'efficacité, en particulier dans le cadre de la mission sur le CICE qui doit permettre de mesurer que l’indispensable soutien à la compétitivité de nos entreprises sert effectivement l'emploi, la formation, l'investissement, et pas la distribution de dividendes. La France a pris ses responsabilités tant au plan des réformes (retraites, marche du travail, formation professionnelle, organisation territoriale) que du sérieux budgétaire. Mais l'Europe n'est pas au rendez-vous, elle tarde à s'engager en faveur de la croissance, avec plus de déclarations d'intentions que d'actes réels. A la rentrée, nous nous saisirons des chantiers  sur l'emploi  – des jeunes et des seniors, notamment -, la fiscalité – donc le pouvoir d’achat -, l'investissement – des entreprises, mais aussi des collectivités locales – ouverts par le Chef de l’Etat et le Premier ministre. Nous agirons à chaque moment pour que les inflexions sociales en faveur des plus faibles soient prises en compte. Nous serons au rendez-vous des grands défis de la transition énergétique et de l’adaptation de la société au vieillissement qui seront examinés par le Parlement d’ici la fin de l’année.

 

Ce pseudo-débat entre godillots et déloyaux est derrière nous. Il faut maintenant moderniser notre pratique. Le groupe doit être plus que jamais le lieu de l'élaboration. Le respect des opinions et des personnes la norme de nos débats. La majorité, le mode de régulation. Nous ne pèserons dans les débats que collectivement. 

 Nous connaissons le désarroi qui s’exprime devant des résultats qui tardent à arriver. Nous mesurons à quel point le chômage toujours trop élevé est une plaie ouverte dans notre démocratie. Nous sommes aussi conscients d’une désespérance sociale qui vient nourrir la désespérance politique.  Face aux difficultés, les tentations de repli, de défiance et d’indifférence sont nombreuses. Trop souvent, le « tous pareils » renvoie au « on s’en fout », les deux nourrissant le vote Fn et l’abstention. nous sommes convaincus qu’il revient aux parlementaires socialistes de revendiquer l’affirmation d’une solidité, d’une cohérence et d’un rassemblement pour agir.

Une détermination, dans le choix de la réforme pour notre pays. Il ne s’agit pas de changer pour changer, mais de construire une France plus efficace et plus juste, face aux inégalités territoriales et sociales.

Une cohérence, par un cap constant. Il ne s’agit pas de se montrer sourd aux manifestations d’inquiétudes. Mais on ne peut redonner confiance à un pays qui doute par des coups de volant brusques et répétitifs.

Un rassemblement, car c’est ce qui fait notre force, nous permet de convaincre et d’entraîner avec nous les Français. Ce n’est pas l’argument pour éviter les débats, c’est la condition pour être audibles et crédibles, et donc un jour entendus.

 Le Président de la République vient d’indiquer le calendrier de cette seconde moitié du quinquennat dans son entretien télévisé du 14 juillet. Nous nous inscrivons dans ce chemin.

Nous voulons réussir ensemble et non perdre les uns contre les autres. La lecture plus parlementaire de nos institutions exige des parlementaires pleinement responsables de l intérêt général de la gauche et du pays. Nous voulons la réussite de la gauche et nous pèserons ensemble en ce sens.

Partager cet article

Repost 0
Published by Frédérique MASSAT - dans Vie politique